kagami Mochi
Pour célébrer la nouvelle année 2020, la maison du mochi a demandé au studio de réaliser deux kagamis mochis pour leurs vitrines parisiennes.
kagami mochi, maison du mochi, japon, patisserie, nouvel an japonais, porte bonhur japonais
2804
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-2804,theme-borderland,eltd-core-1.1.3,woocommerce-no-js,borderland-theme-ver-2.1,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed, vertical_menu_with_scroll,columns-3,type1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

kagami Mochi

kagami Mochi

Pour célébrer la nouvelle année 2020, la maison du mochi a demandé au studio de réaliser deux kagamis mochis pour leurs vitrines parisiennes.

Le kagami mochi littéralement « gâteau miroir » est un mochi traditionnel du Nouvel An japonais. Il est fabriqué à partir de deux mochis, le plus petit étant placé au-dessus du plus grand et d’un daidai (une orange amère japonaise), une feuille étant attachée sur le dessus.

Apparu durant la période Muromachi (1336-1573), le nom kagami (« miroir ») viendrait du fait que la composition ressemble à une ancienne forme de miroir rond japonais doté d’une signification religieuse. Les mochi sont un plat des beaux jours, l’esprit du riz résidant dans le mochi et le mochi étant un plat attribuant de la force. Les deux mochi sont parfois interprétés comme l’année en cours et l’année suivante, le cœur humain, le yin et le yang, ou encore le soleil et la lune. Le daidai, dont le nom signifie « générations » est supposé symboliser la pérennité de la famille de génération en génération.

Traditionnellement, le kagami mochi était placé dans un autel shintoïste appelé kamidana ou dans le tokonoma, une petite alcôve décorée dans la pièce principale de la maison. Il est traditionnellement cassé et mangé lors du rituel appelé kagami biraki (ouverture du miroir), le premier samedi ou dimanche de janvier ou le 11 janvier (synonyme de santé pour toute la famille durant la nouvelle année). Les petits morceaux servent à préparer l’oshiruko (gâteau de riz servi avec une soupe aux haricots azuki sucrés) et l’agemochi (gâteau de riz croquant frit).

Date

2 November 2020

Category

Scénographie

Tags
maison du mochi