Exposition- PLI au TAMAT à Bruxelles
Du 8 février 2020 jusqu’au 24 mai 2020.Au TAMAT et au Musée des Beaux-Arts de Tournai, l'une de nos architectures pliables aura la chance d'être présentée au sein d'une exposition intitulée "PLI" au TAMAT à Bruxelles.
TAMAT, PLi, exposition, Bruxelles, Centraal Museum Utrecht, Cité de la Dentelle de Calais, Groninger Museum, Manchester Art Gallery, M HKA Modemuseum Hasselt, Musée de Folklore et des Imaginaires Tournai, Musée du Repassage, Musée Mode, Dentelle Bruxelles, MuZee OstendePHERRubenshuis Anvers, Textielmuseum Tilburg, The Phoebus Foundation, Galila Barzilai Hollander, Anne Bertinchamps, Tuuliki Chompré, Ysabel de Maisonneuve, Tine De Ruysser, Patricia Gérimont, Etienne GrosMarie, Hélène Guelton, Sabine Herman, Fondation Hermès, Catherine Legrand, Maison Longchamp, Joan Sallas, Pietro Seminelli, Marianne Reding, Caroline Thirion, Yves VenotGalerie, Marie Wettergren
2500
post-template-default,single,single-post,postid-2500,single-format-standard,theme-borderland,eltd-core-1.1.3,woocommerce-no-js,borderland-theme-ver-2.1,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed, vertical_menu_with_scroll,columns-3,type1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.6.0,vc_responsive

Exposition- PLI au TAMAT à Bruxelles

Exposition- PLI au TAMAT à Bruxelles

Du 8 février 2020 jusqu’au 24 mai 2020, au TAMAT et au Musée des Beaux-Arts de Tournai, l’une de nos architectures pliables aura la chance d’être présentée au sein d’une exposition intitulée “PLI” au TAMAT à Bruxelles.


L’exposition explorera le thème du pli dans sa définition la plus large, en se concentrant tout d’abord sur le textile. Cependant, d’autres expressions artistiques, comme la peinture, la photographie, la sculpture ou la performance, viendront compléter le vaste panel des œuvres présentées. Afin d’opérer un lien et une continuité entre les deux lieux d’exposition, 26 aspects différents du plissé seront déclinés de la lettre A à la lettre Z dans une scénographie originale répondant à la logique de l’alphabet.

Le réseau PROSCITEC

Aborder dans une exposition un si vaste sujet nécessite de le circonscrire en fonction des orientations et missions que s’assigne TAMAT mais aussi des opportunités qui se sont présentées ou que TAMAT a suscitées. TAMAT a en effet adhéré en 2018 au réseau PROSCITEC qui fédère les musées patrimoniaux des Hauts de France dans le but d’augmenter sa visibilité par-delà la frontière proche et de renforcer la communication et les échanges entre institutions et publics de ces deux régions frontalières.La thématique d’année lancée par ce réseau pour la saison 2019 – 2020 est Eureka : petites et grandes inventions du monde du travail. Ce thème transversal met en avant les découvertes et leurs applications techniques: Les découvertes scientifiques et techniques sont l’aboutissement de longues recherches ou parfois le fruit du hasard. Célèbres ou mal connues, elles ont trouvé de multiples applications dans le monde du travail au sein de notre région des Hauts-de-France au riche patrimoine industriel et professionnel. TAMAT a décidé de proposer dans ce cadre une exposition centrée sur le pli et le plissé. Cette proposition de départ est très large et ne se cantonne pas à une application industrielle du plissé. Elle vise à aborder le plissé dans ses dimensions insolites et exploratoires où il se révèle dans toute sa diversité culturelle et sa richesse d’expression, d’hier à aujourd’hui. Le plissé abordé dans ses dimensions historiques, anthropologiques, sociologiques, en une approche renouvelée de ce savoir-faire de longue tradition, toujours bien ancré dans la création textile contemporaine et l’origami.

Le partenariat avec deux autres musées tournaisiens : le Musée des Beaux-Arts et le Musée de Folklore et des Imaginaires

Dans une volonté d’ouverture, TAMAT a proposé à deux autres musées de la ville de participer à l’élaboration de cette exposition. Le Musée des Beaux-Arts, autre lieu qui accueille l’exposition, possède une importante collection d’œuvres d’art qui, par les nombreux sujets traités, peut venir appuyer et contextualiser les propos développés sur le pli telles les peintures d’époque représentant les fraises plissées du début du XVIIe siècle. Quant au Musée de Folklore et des Imaginaires, il possède des textiles à plis et des outils liés au pli, dont une machine à tuyauter inventée par un Tournaisien au XIXe siècle. L’adhésion de ces deux institutions a permis la constitution d’un groupe de travail autour de la question du pli, impliquant les trois musées et leurs conservateurs. L’apport des collectionneurs privés et d’autres collections publiquesUne telle exposition implique de faire appel à un nombre important de collectionneurs privés et d’artistes qui mettent leur œuvre à disposition. Des musées tiers comme le musée du costume et de la dentelle de Bruxelles, ou contactés via le réseau PROSCITEC, tel que la Cité de la dentelle de Calais et l’association PHER – Patrimoine, Histoire et Étude du Repassage à Sebourg sont à ce titre des partenaires privilégiés. L’exposition reçoit également un important soutien de la Phoebus Foundation qui a eu l’amabilité de prêter plusieurs pièces issues de son importante collection.

L’exposition ou le pli sous toutes ses coutures

Le pli est fascinant par le fait que son point de départ est une surface bidimensionnelle qui par pliages, plissements, va devenir volume et organiser l’espace en trois dimensions*. Vu l’ampleur du champ et l’impossibilité d’aborder le pli dans tous ses aspects, il a fallu opérer des choix. Il a été décidé de se concentrer sur le pli textile afin d’être en cohérence avec la raison sociale de TAMAT, le Musée de la Tapisserie, des Arts muraux et des Arts du Tissu de la Fédération Wallonie-Bruxelles.Dans le domaine du textile, le pli a déjà une longue histoire. Des tuniques égyptiennes plissées en sont les premiers témoins textiles conservés. Au fil du temps, la manière de créer des plis va évoluer. Le pliage est essentiellement manuel et donc chronophage. C’est pourquoi des techniques et des instruments mécaniques sont inventés pour faciliter le plissage jusqu’à la découverte des fibres synthétiques permettant de rendre le pli permanent, « indéplissable » comme l’annonce fièrement la publicité pour le Tergal. Le pli est également relativement universel. À travers le monde, les vêtements sont ornés de plis dans un double usage : décoratif et fonctionnel, pour donner de l’aisance. Le pli se retrouve aussi dans l’habitat textile, allant de la tente à la yourte, sujette aujourd’hui à nombre d’interprétations en origami

Ne sont pas exclus de la réflexion la question du drapé, ainsi que toutes autres formes de plis auxquelles de nombreux d’artistes se sont intéressés.En témoigne notamment au Musée des Beaux-Arts, une exploration du drapé dans l’art occidental, depuis le pli antique jusqu’aux recherches volumétriques de la renaissance.Un autre parti-pris, affirmé dès le départ, concerne la mise en relation des textiles et objets anciens avec des créations actuelles qui les revisitent, l’objectif étant de montrer à la fois la continuité et le renouvellement de l’art du pli. Ainsi, les accessoires plissés du passé voisineront avec des foulards, bijoux et éventails de créateurs contemporains. De même, des natures mortes du XVIIe siècle cohabiteront avec des nappes et vaisselle pliables de designers actuels pour illustrer les arts de la table. Aussi, des robes d’Yssey Myake et d’autres stylistes se partageront un catwalk avec des robes à plis du XIXe siècle.L’ambition est de réaliser une exposition mélangeant les genres et décloisonnant les catégories habituelles : beaux-arts, arts appliqués, mémoire des métiers et histoire locale.

Le choix de l’abécédaire comme fil rouge entre objets textiles et oeuvres d’art.

Le fil conducteur de l’exposition repose sur le caractère aléatoire de l’alphabet. Il fonctionne de ce fait comme un cadavre exquis (petit objet plié) et tient du collage surréaliste. Le nombre important d’occurrences (26 lettres) permet néanmoins d’aborder le sujet sous toutes ses coutures. « A table, (lettre A) » ; « Coquetterie (lettre C) ; « Dans de beaux draps (lettre D) » ; « Impeccable (lettre I) » ; « Kimono (lettre K) » ; « Origami (lettre O) » Quatre épingles (lettre Q) » : l’abécédaire est conçu à partir de noms communs ou d’expressions qui renvoient à des objets comportant des plis ou les évoquant. Certains sont liés à un savoir-faire technique, d’autres évoquent des objets du quotidien et de la mode, d’autres encore, par leur caractère polysémique, évoquent des enjeux sociaux.D’autres sections peuvent également prendre la forme d’ateliers où les visiteurs sont invités à expérimenter diverses techniques de pliage.Il s’agira de présenter des objets surprenants ayant un intérêt esthétique, historique et de les associer à des œuvres d’artistes anciens, modernes ou contemporains. Un esprit décalé présidera enfin à leur mise en scène, notamment au travers de certaines pièces plus insolites traitant du pli avec humour.

L’équipe

Commissaire de l’exposition : Patricia Gérimont

Patricia Gérimont a pour mission la recherche et collecte de documentation sur le thème du pli(ssé), la rédaction de la note conceptuelle sous forme d’abécédaire et la prise de contacts avec collectionneurs privés et publics en vue de prêts. Elle a également écrit la présente note d’intention.

Scénographie : Olivier Reman / Romy Deweerdt

En tant que membre du Conseil Culturel et conseiller artistique de TAMAT, Olivier Reman connaît la maison et a l’habitude de préparer des expositions dans ce lieu. Sa casquette d’artiste lui permet d’autre part de comprendre les exigences des œuvres et/ou des artistes et de proposer une scénographie adaptée à celles-ci ainsi qu’à la thématique.

Romy Deweerdt est architecte d’intérieur et artiste. Elle travaille en duo avec Olivier Reman.

Equipe scientifique : Melanie Coisne, Directrice de TAMAT

Julien Foucart, Conservateur du Musée des Beaux-Arts

Jacky Legge, Conservateur du Musée de Folklore et des imaginaires

Béatrice Pennant, Coordinatrice Service Musée TAMAT

Magali Vangilbergen, Conservatrice adjointe du Musée des Beaux-Arts

Collections publiques et privées :

Centraal Museum Utrecht

Cité de la Dentelle de Calais

Groninger Museum

Manchester Art Gallery

M HKA Modemuseum Hasselt

Musée de Folklore et des Imaginaires Tournai

Musée du Repassage

Musée Mode & Dentelle Bruxelles

MuZee OstendePHERRubenshuis Anvers

Textielmuseum Tilburg

The Phoebus Foundation

Galila Barzilai Hollander

Anne Bertinchamps

Tuuliki Chompré

Ysabel de Maisonneuve

Tine De Ruysser

Patricia Gérimont

Etienne GrosMarie-

Hélène Guelton

Sabine Herman

Fondation Hermès

Catherine Legrand

Maison Longchamp

Studio PLI

Joan Sallas

Pietro Seminelli

Marianne Reding

Caroline Thirion

Yves VenotGalerie

Marie Wettergren

Vernissage le 7 février 2020 à partir de 18h